1er Congrès Communautaire du TIMUN

Révolus sont désormais les temps ou le Modèle Tunisien des Nations Unies gravitait autour de plus ou moins un seul grand évènement chaque année appelée « Grande Conférence de Simulation des Nations Unies ». Après bientôt dix années successives de son existence, dont six ans en tant qu’association, il est temps que le Modèle Tunisien reconsidère la place de ses nouvelles forces vives, qui se sont alimentées de son succès pour se structurer en tant que telles, et désormais, l’alimentent. Ces forces vives qui le font rayonner dans les lycées, les facultés, les universités et les régions. Ces clubs du TIMUN qui, d’année en année, prennent de la confiance, se cherchent une place dans une association qui se dit « Modèle », s’activent pour faire briller l’association dans leurs établissements, et faire intégrer parmi ses rangs davantage de membres actifs. C’est à l’initiative des Clubs actifs du TIMUN que se tiendra alors la première édition du « Congrès Communautaire du TIMUN » qui réunira nos clubs qui ont pris de l’élan tout en gagnant en maturité, ont organisé cette année des simulations des Nations Unies dans leur établissement, ils y ont porté les couleurs de l’association, ils ont payé la cotisation de leurs membres et ils ont fait connaitre leurs rapports moraux et financiers. Cette rencontre sera pour eux l’occasion d’exposer leurs différentes expériences, parler des difficultés et obstacles auxquels ils ont fait face, et présenter leurs projets pour l’avenir. Il est désormais inadmissible que le TIMUN continue à exister sans reconnaitre, ne serait ce que dans ses statuts, dépassés à la fois par le temps et l’espace, et qui nécessitent désormais une profonde révision capable d’ériger un véritable esprit d’institution, reconnaitre l’existence de ses clubs et leur droit légitime à profiter d’une structure associative forte, capable de répondre à leurs attentes et à leur servir l’épanouissement personnel et collectif auquel ils aspirent, dans le cadre de nos principes, valeurs et objectifs, et qui dispose finalement de mécanismes efficients afin de protéger l’institution de l’homme, et de faire ainsi épanouir l’homme au sein de l’institution. Il est aussi question de remettre la notion d’ « activité » au centre de la vision commune de l’association, afin de pouvoir le dire enfin haut et fort, que si l’on veut exister à l’intérieur de cette jeunesse qui se veut être « Modèle » des Nations Unies, c’est justement pour ramener une valeur ajoutée, une énergie, un apport, une contribution, qui soit surtout et avant tout pérenne et durable dans le temps. On n’est surtout pas là pour s’afficher, pour « siéger » ou pour se prendre en photo, surtout pas pour fanfaronner « Je suis là ! C’est moi qui avais accompli toute cette œuvre ! ». Il est aussi, et fondamentalement, question de démocratie interne. Qu’est ce qu’une association de jeunes au 21ème siècle dans un pays qui a fait une révolution par des jeunes qui voulaient rendre un autre monde possible, si elle n’offre pas à son capital humain les outils de prospérité morale, d’épanouissement intellectuel, de renforcement des capacités, d’écoute active, de respect de la pluralité des points de vue dans le cadre d’une raison d’être commune, de prise en compte de son avis, son ressenti, sa vision, pour la conduite de cette chose commune que sont nos activités ? Qu’est ce qu’une association de jeunes au 21ème siècle dans un pays qui a fait une révolution par des jeunes qui voulaient rendre un autre monde possible, qui ne s'offre pas les outils nécessaires à l'optimisation de la circulation de l'information à son intérieur, ni les outils nécessaires à une passation optimale entre équipes successives, ou la coordination continue à se faire par des méthodes dignes d’un vieillard moyenâgeux qui a évolué dans un parti stalinien pendant la guerre froide, ou pour respirer dans un club à l’autre bout du pays on attend « une autorisation du président » ? A toutes ces questions, comme à d’autres, les clubs du TIMUN, ses véritables forces vives, appuyés par le soutien de ses honorables fondateurs et de ses honorables premières générations de responsables essaieront d’apporter un début de réponse, et un début de renouveau… La présidence du TIMUN profitera de cette occasion pour convoquer à travers cet appel, et conformément aux statuts en vigueur, une assemblée générale extraordinaire. En effet, et suite à la correspondance ayant été parvenue à l’association de la part de la présidence du gouvernement, exigeant que l’association procède à l’amendement de ses propres statuts étant donné que les derniers statuts votés par la dernière assemblée générale ont été déclarés non-conformes par la présidence du gouvernement, et étant donné que par conséquent l’ordre du jour comprendra obligatoirement un point d’amendement des statuts, une première assemblée générale extraordinaire est donc officiellement convoquée pour la journée du cinq novembre de cette année, au même lieu, à partir de neuf heures trente du matin. Si le quorum n’est pas réuni à l’horaire ci-dessus cité, cet appel sera automatiquement converti sur le champ et tel que le public en est à cet effet ici averti en un appel à une deuxième assemblée générale extraordinaire qui aura alors lieu dans la demi heure qui suit quelque soit le nombre des présents. L'assemblée élira également le nouveau bureau exécutif pour l'année 2016-2017. Un TIMUN qui réussit c’est bien, un TIMUN qui réussit tout en étant géré de manière professionnelle et institutionnelle, c’est encore mille fois mieux. Parce que le TIMUN le mérite, un TIMUN 2.0 est toujours possible. TIMUNement.